Règles de confidentialité et cookies

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus

J'ai compris

foodsec-banniere

Changement climatique et agriculture

Inondations au Bangladesh

Changement climatique : impacts et pistes d'adaptation en agriculture

Par Julie Mayans, experte en sécurité alimentaire chez SOLIDARITÉS INTERNATIONAL, et Adeline Giraud (AVSF).

Article paru dans la troisième édition du Baromètre de la Faim, publiée à l’occasion de la Journée Mondiale de l’Alimentation de 2013. Cette année, la JMA s’articule autour du thème suivant : « Des systèmes alimentaires durables au service de la sécurité alimentaire et de la nutrition ». Ce journal de 8 pages est le fruit d’un travail de réflexion et de rédaction inter-ONG auquel Solidarités International a participé.

Dans les zones qui subissent des inondations comme le Bangladesh, tout comme dans des zones sèches telles que le Sahel, le changement climatique perturbe les cycles saisonniers de pluies et de températures, et accentue les phénomènes extrêmes : cyclones, sécheresses intenses. Pour les petits agriculteurs des pays à faible revenu, les conséquences sont lourdes : retards pour semer, baisse de productivité, pertes de récoltes et de surfaces cultivables, mortalité et maladies du bétail… Ces aléas climatiques viennent s’ajouter aux contraintes existantes d’ordre économique, foncier ou commercial.

Comment, alors, appuyer les paysans pour les rendre plus résilients face aux aléas ? En premier lieu, par une amélioration des capacités d’épargne et de revenus. Toutes les actions qui concourent à consolider économiquement les populations rurales (augmenter la production, obtenir de meilleurs prix et débouchés pour les produits, sécuriser l’accès à la terre et à l’eau…) contribuent à réduire une vulnérabilité qui est souvent chronique, avec la mise en place de mécanismes d’auto-assurance, comme la capitalisation en têtes de bétail.

Région de North Horr, KenyaAutre stratégie anti-risque incontournable : la diversification qui multiplie les chances de réussite. Au Brésil, dans la zone semi-aride, les ONG appuient les producteurs pour développer des systèmes de production agro écologiques comprenant, en plus des cultures de céréales, l’élevage de volailles, l’apiculture, le maraîchage, la transformation de fruits ; autant d’activités qui permettent de continuer à dégager un revenu, même en cas de forte sécheresse, sans dépendre d’une culture unique. De même, le maintien d’une biodiversité « cultivée » est également important pour la résilience. En Bolivie, dans la Cordillère de Cochabamba, à 4000 mètres d’altitude, le maintien de nombreuses variétés de pomme de terre aux conditions de culture diversifiées permet aux communautés quechuas et aymaras de faire face aux périodes de gel comme de sécheresse. 

 Les agricultures paysannes sont porteuses de savoir-faire traditionnels utiles en matière d’adaptation et répondant aux contextes locaux. Par exemple, le zaï, pratiqué depuis longtemps par les agriculteurs sahéliens, constitue une technique remarquable d’adaptation à la sécheresse. Cette pratique, qui consiste à creuser de petites cuvettes là où l’on souhaite semer, permet de concentrer l’humidité autour de la plante.

Associations de cultures, agroforesterie, renforcement des liens entre agriculture et élevage… lorsqu’on leur en donne les moyens, les agriculteurs paysans savent développer des pratiques d’adaptation aux aléas climatiques, qui contribuent, en outre, à préserver l’environnement.

Partager cet article

FaLang translation system by Faboba

Nos publications sécurité alimentaire

> Voir toutes nos publications

Etude de cas : les AVEC au Tchad

SI intervient depuis 2013 pour améliorer la préparation et la mitigation face aux risques de sécheresse des communautés agricoles et pastorales du Lac Fitri (Sahel tchadien) avec, entre autres, la mise en place d'Associations Villageoises d'Epargne et de Crédits basées sur le modèle existant de la tontine. En effet, les ménages dirigés par les femmes présentent généralement une vulnérabilité accrue aux aléas climatiques et à la volatilité des prix, en raison d'un accès moindre aux terres agricoles, aux animaux et aux moyens de production. Le manque d'accès à de petits crédits permettant de diversifier les sources de revenus constitue une entrave à l’amélioration de leurs conditions de vie et de leurs capacités de résilience.
L’approche AVEC permet à moindre coût de financer de petites AGRs en s’appuyant sur les capacités d’épargne locales. Outre l’investissement dans un petit business ou les moyens de production agro-pastorale, l’argent est aussi utilisé pour répondre à des besoins sociaux : éducation, santé, diversité alimentaire, investissement productif… SI se limitant à de l’accompagnement sans apport financier, l’approche participe aussi à l’autonomisation des femmes qui sont souvent en charge de la santé et de l’éducation des enfants.
Une étude de cas a été réalisée pour déterminer les caractéristiques socio-économiques des membres des AVECs et l’impact sur l’économie des ménages.

> Lire la suite

Manuel : le sac potager

Ce manuel s’inscrit dans la volonté du Département Technique et Qualité des Programmes (DTQP) de SOLIDARITÉS INTERNATIONAL de capitaliser sur ses expériences de sacs potagers dans différents pays. Les premiers projets de ce type menés au Kenya furent un véritable succès et apportèrent à l’ONG une solide notoriété dans ce domaine. L’expérience fut par la suite répliquée dans six autres pays d’intervention de SI : Haïti, Thaïlande, Soudan, Myanmar, Cameroun, Somalie. Ce manuel formalise ces 8 ans d’expérience en proposant une vue d’ensemble structurée du diagnostic à la conception et la mise en oeuvre de projets de sacs potagers. Il détermine les étapes à suivre et fournit des outils et pistes pour faciliter l’implémentation de ces étapes.
 
 
> Lire la suite

Sécurité alimentaire et moyens d'existence

842 millions de personnes souffrent aujourd’hui de sous-alimentation dans le monde. Depuis plus de 33 ans, l’association SOLIDARITÉS INTERNATIONAL est engagée sur le terrain auprès des populations les plus vulnérables à l’insécurité alimentaire.> Lire la suite

En toute transparence

91,3 %
de nos ressources
affectées aux
populations
démunies
En savoir plus

Abonnez-vous à la NEWSLETTER


bouton-abonnement2


Restez informé :

> La newsletter
> Le journal

Solidarités International
89, RUE DE PARIS
92110 CLICHY LA GARENNE
FRANCE
Tél : + 33 (0)1 76 21 86 00
Fax : + 33 (0)1 76 21 86 99
> CONTACTEZ-NOUS