Règles de confidentialité et cookies

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus

J'ai compris

eha-banniere

"Aider, c'est aussi faire participer"

jm leblanc

"Approfondir notre connaissance des communautés pour mieux comprendre leurs motivations"

Jean-Marc LEBLANC
référent eau, hygiène et assainissement
 

L’objectif visé par nos projets est de réduire la mortalité attribuable aux maladies d’origine hydrique. Il est cependant important de constater que, pour atteindre cet objectif et améliorer significativement les conditions sanitaires, la seule mise en avant de l’amélioration de la santé auprès de certaines communautés est un argument peu efficace pour susciter le changement de comportements et l’adhésion des gens.
Notre discours doit prendre en compte les motivations du public ciblé dans ses réalités environnementales. Il faut développer notre connaissance des populations avec lesquelles nous travaillons pour identifier au mieux les valeurs ajoutées qu’elles attendent de nos produits et services pour les utiliser, et ainsi les leviers appropriés à leurs modes & conditions de vie.

Aller plus loin dans la définition des motivations sociales.
Il faut identifier les réelles motivations des communautés, les besoins qu’elles perçoivent comme essentiels et pour lesquels elles seraient prêtes à modifier leurs pratiques.
Par cette approche fondée sur les motivations et les centres d’intérêt des bénéficiaires, nous pouvons faire émerger des leviers, des points d’ancrage solides pour définir la meilleure stratégie d’intervention et proposer des réponses adaptées.
Les techniques de marketing social et les outils participatifs apportent également de nombreuses pistes d’études.

Experts hydrauliques, logisticiens, administrateurs, coordinateurs de programmes,… un bouillon de compétences participe quotidiennement à la mise en œuvre des programmes.
Dans les coulisses de ces projets, le rôle de la population est crucial. Partie prenante des activités, elle intervient à tous les niveaux. Sans sa participation active, aucun aménagement n’est réalisable dans la durée.
Ainsi, pour informer, proposer, préparer, introduire, lancer, suivre et accompagner notre intervention, l’implication des communautés est essentielle.

UNE PARTICIPATION PREGRESSIVE, AVANT- PENDANT- APRES

" Un projet n'est pas toujours recevable dès le début explique Dieudonné, sensibilisateur dans la province du Katanga en RDC. Les histoires de fétichisme, de génie des sources sont souvent à l'origine des appréhensions ". Il  n’est pas toujours facile de faire comprendre à une population la plus-value que peut apporter telle ou telle utilisation, tel ou tel comportement. 
Ainsi, il est essentiel de s’employer à une stratégie d’approche progressive & participative.


Bien avant les travaux, la première rencontre avec  les représentants (formels & informels) d'un  village constitue l'étape initiale du processus. 

Des réunions d’informations et de sensibilisation auprès de publics cibles (représentants, chefs de familles, femmes au foyer, enfants, associations diverses, …) permettent de motiver et conduire la communauté vers l’identification de ses problèmes et la recherche de solutions adaptées.
Cette étape de consultations permet ainsi de définir les messages clés qui conduiront la population vers l’adhésion et l’appropriation d’un ouvrage.
Le rôle du personnel local de nos projets est absolument majeur dans la mise en place de cette stratégie.



Après l’étape de l'acceptation, des comités volontaires sont désignés (le cas échéant créés).

Représentants de la population, ils assurent le relais entre les communautés et SOLIDARITES INTERNATIONAL. Ils sont par ailleurs garants des actions de participations communautaires qui accompagnent le projet sur toute sa durée.

 

La gestion des services de l'eau.

cogpe-kat

Il existe plusieurs systèmes de gestion et d’entretien des services de l’eau. Les comités de gestion des points d’eau (COGEPE) en sont un bon exemple. De leur côté, les comités d’hygiène sont responsables de la préparation puis de la diffusion des messages. Ils veillent également à la gestion des questions de salubrité dans les villages (gestion des ordures, promotion à la construction de latrines familiales, …).
En relation avec les leaders communautaires, c’est par leur intermédiaire que les communautés s’approprient les ouvrages.


La participation communautaire accompagne la population vers l'appropriation et la gestion citoyenne des ouvrages.

Pour qu’un projet fonctionne, la communauté doit être partie prenante dans sa réalisation. Sans participation et donc sans motivation de la part des bénéficiaires, il n’est pas envisageable de commencer un projet.

Les clés principales de l’appropriation des projets par les communautés s’articulent autour de trois prés-requis :
• Les activités doivent répondre à des besoins réels identifiés grâce à une analyse systémique des moyens d’existence. • Des acteurs clés de la communauté et des autorités doivent être fortement impliqués dans toutes les phases des projets, allant du diagnostic à la passation des activités. • Les acteurs humanitaires doivent communiquer avec les communautés tout au long du programme.

En fin de projet, la communauté et ses comités de gestion doivent etre autonomes à 100% sur le nouvel ouvrage, de son utilisation à son entretien & sa maintenance.


Les outils de diffusion doivent s'adapter à l’environnement et au public cible

kalemie sensib chanteurs sensib-sketcheDans toute action de sensibilisation, la formulation du message est essentielle, tout comme son canal de diffusion.
Représentations théâtrales, sketches, boites à images, projection de films, chansons, concours de dessins, passages-radio, … l’outil de diffusion choisit doit s’adapter au public ciblé, à ses motivations et à son environnement.

Plus d'infos

La place de l'école dans les stratégies de

sensibilisation.

ecole sensib jme2

L’école occupe une place centrale dans la communauté : après la famille c’est le lieu d’apprentissage le plus important pour les enfants.
> Lire la suite

bunia-equipe-sensibTémoignage.
La sensibilisation, un métier à part entière ?

La sensibilisation nécessite une approche très subtile. Elle est en constante évolution en fonction du message à faire passer, des objectifs de changement comportemental à obtenir, des populations cibles, des moyens à disposition…
> Lire la suite

 

Partager cet article

FaLang translation system by Faboba

En toute transparence

91,3 %
de nos ressources
affectées aux
populations
démunies
En savoir plus

Abonnez-vous à la NEWSLETTER


bouton-abonnement2


Restez informé :

> La newsletter
> Le journal

Solidarités International
89, RUE DE PARIS
92110 CLICHY LA GARENNE
FRANCE
Tél : + 33 (0)1 76 21 86 00
Fax : + 33 (0)1 76 21 86 99
> CONTACTEZ-NOUS