Règles de confidentialité et cookies

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus

J'ai compris

BannieresCalais

Qui sont les réfugiés qui affluent vers l’Europe ?

Le nombre de réfugiés qui affluent vers l’Europe augmente sans cesse chaque semaine. 156 000 migrants sont entrés sur le sol européen pour le seul mois d’août. Certains arrivent par l’Italie, d’autres par la Grèce et remontent l’Europe pour rejoindre l’Allemagne, l’Angleterre ou la France dans l’espoir d’y trouver une vie meilleure. Mais qui sont-ils ? D’où viennent-ils ? Que fuient-ils ? Eclairage des différents responsables géographiques de SOLIDARITÉS INTERNATIONAL.


Alors que le nombre de réfugiés qui arrivent vers l’Europe ne faiblit pas, à Calais, SOLIDARITÉS INTERNATIONAL a dénombré entre 3 000 et 3 500 personnes sur le site de la Lande, campement sauvage où les conditions sanitaires sont déplorables. Nos équipes qui sont intervenues sur place en juin pour y construire des douches et des toilettes s’apprêtent à poursuivre leur aide avant l’arrivée de l’hiver. Elles vont ainsi renforcer les installations déjà en place (toilettes, douches), fournir des biens non alimentaires, notamment pour lutter contre le froid, ainsi qu’une réponse pour la gestion des déchets qui s’accumulent dans ce camp.

Notre mandat : porter secours à ces réfugiés

Depuis le début de l’année, selon l’agence Frontex, l’agence européenne chargée des frontières extérieures de l’espace Schengen, plus de 500 000 hommes, femmes et enfants ont été dénombrés aux frontières de l’Union Européenne. Le mandat de notre organisation nous oblige à leur porter secours. "Ces milliers de réfugiés, des hommes, des femmes et des enfants, qu’ils soient à Calais ou ailleurs en Europe, doivent être accueillis décemment. Ils ont fui la guerre, quitté leur pays, leur racines pour sauver leur vie et celle de leur famille. Notre organisation ne peut pas laisser seuls sans assistance. C’est notre mandat. Ils viennent de Syrie, d’Irak, d’Afghanistan, de Somalie, du Mali ou de République démocratique du Congo, des pays déchirés dans lesquels SOLIDARITÉS INTERNATIONAL intervient parfois depuis 35 ans", explique Alexandre Giraud, directeur des opérations.

IMG 2067680x450

Des Somaliens qui fuient la guerre et la sécheresse

Dans ce pays de la corne de l’Afrique, les conditions de vie sont extrêmes tant en termes de sécurité qu’en termes économiques. "L’état est quasi inexistant. Le territoire somalien est aujourd’hui en partie aux mains des Shebab et le pays subit actuellement une offensive de l’AMISOM (Mission de l'Union africaine en Somalie -ndlr), visant précisément à permettre à l’Etat somalien de regagner le contrôle de son territoire", explique Catherine Hiltzer, responsable géographique chez SOLIDARITÉS INTERNATIONAL.  
Au-delà des conditions de sécurité primaires, les Somaliens doivent aussi faire face à un rapprochement des épisodes de sécheresse. "La malnutrition est encore un véritable fléau. En 2014, plus de 2 millions de personnes étaient en situation de stress alimentaire, et plus de 200 000 enfants de moins de 5 ans souffraient de malnutrition aiguë sévère."

Somalie water-catchments Afmadow-4680x450

Les Afghans, exténués par des décennies de conflits

Depuis plus de 35 ans, l’Afghanistan subit de plein fouet les conflits à répétition. Et le retrait des forces de l’OTAN en 2014 a provoqué une recrudescence des combats et des attentats, y compris sur de nouveaux territoires jusque-là préservés.
"Le nombre d’engagements armés et de victimes lors du premier semestre 2015 surpasse les statistiques de 2014 qui était déjà une année record. Ainsi, on a d’ores et déjà dénombré 4 921 victimes civiles sur les 6 premiers mois de l’année, indique Christophe Vavasseur, responsable Asie chez SOLIDARITÉS INTERNATIONAL. A cela s’ajoutent l’absence totale de perspectives économiques et l’inquiétude sur le devenir politique du pays."

AFG 2015-06-04 897680x450

Syriens et Irakiens face au chaos

Que ce soit en Syrie ou en Irak, la population n’a d’autre choix que de fuir les violences entre les forces gouvernementales et les différents groupes armés. Le gouvernement Irakien ne contrôle plus que le sud de son territoire. A l’extrême Nord du pays, le Kurdistan, loyal à Bagdad, est défendu par les Peshmergas.  Mais une large bande au Centre/Nord du pays est aux mains de Daech.
"En 2014, les combats entre ces différents groupes ont provoqué la mort de plus de 15 000 personnes, selon les chiffres annoncés par le gouvernement Irakien et des milliers de personnes ont fui les villes sous contrôle de Daech", explique Bérengère Tripon, responsable géographique chez SOLIDARITÉS INTERNATIONAL.
En Syrie, le pays est à feu et à sang. Les combats entre le gouvernement de Bachar El Assad et l’opposition armée font chaque jour des centaines de victimes. "Depuis le début du conflit en 2011, 240 000 personnes ont trouvé la mort et, fin août 2015, plus de 4 millions de personnes avaient trouvé refuge dans les pays voisins, principalement en Turquie et au Liban."

LelandMontel-Akkar-Floods-2 Corps-article

RDC, entre guerre et choléra

Depuis plus de 20 ans, la République démocratique du Congo (RDC) est en situation de crise humanitaire chronique. Preuve en est, son classement à la 186e place sur 187 à l’indice de développement humain 2014. "Le contexte actuel se caractérise par des confrontations armées dans tout l’est du territoire, ce qui vient aggraver les conditions de vie déjà très précaires des populations du fait d’un niveau très bas d’infrastructures et de services publics", souligne Catherine Hiltzer. Et malgré un processus de pacification engagé depuis le début des années 2000, le pays comptait toujours en 2014 2,7 millions de déplacés internes. "En plus des violences, le pays est également confronté aux épidémies de choléra. En 2014, on a recensé 9 000 cas de choléra et déjà 2 000 pour le premier trimestre 2015."

P7244911680x450

Le Mali, un pays encore très fragile

Les conséquences du conflit de 2012 pour la population malienne restent encore très préoccupantes. La reprise des combats entre les groupes armés dans les régions du nord du Mali en mai 2015 a poussé quelque 57 000 personnes à fuir leurs maisons. "Fin mai 2015, un peu plus de 100 000 personnes étaient déplacées au Mali, en plus des quelques 137 500 Maliens toujours réfugiés loin de leur pays d’origine, explique Caroline Courtois responsable géographique pour le Sahel. L’année 2014 a aussi été marquée par un déficit pluviométrique entraînant une baisse de la production agricole et une forte mortalité du bétail, qui ont engendré une baisse de la disponibilité alimentaire. En novembre 2014, près de 2 millions de personnes étaient à risque d’insécurité alimentaire. Un élément de plus qui a poussé des milliers de personnes à fuir."

Boureima-A-Bocoum680x450

Photos : Sandra Calligaro, Tiécoura N’DAOU, Lisa Daoud

Nos équipes ont besoin de votre soutien

JEFAISUNDONBLEUEn savoir plus:

Contexte
- Calais : les conditions de vie des réfugiés se degradent
- Découvrez notre site dédié aux réfugiés
- Le gouvernement annonce la création d’un camp de tentes à Calais : "C’est en deçà des besoins identifiés"
- SOLIDARITÉS INTERNATIONAL attentive à la situation des réfugiés de Calais

Partager cet article

FaLang translation system by Faboba

En toute transparence

91,3 %
de nos ressources
affectées aux
populations
démunies
En savoir plus

Abonnez-vous à la NEWSLETTER


bouton-abonnement2


Restez informé :

> La newsletter
> Le journal

Solidarités International
89, RUE DE PARIS
92110 CLICHY LA GARENNE
FRANCE
Tél : + 33 (0)1 76 21 86 00
Fax : + 33 (0)1 76 21 86 99
> CONTACTEZ-NOUS