Règles de confidentialité et cookies

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus

J'ai compris

Cover-picture-Philippines

Sandra Lamarque : l'urgence ne s'improvise pas


À 29 ans, Sandra Lamarque est à la tête de l’équipe d’urgence de SOLIDARITÉS INTERNATIONAL, créée il y a un peu plus d’un an afin de renforcer notre capacité à répondre rapidement aux crises humanitaires les plus sévères.

Depuis plus de deux semaines, Sandra est aux Philippines, où elle coordonne notre réponse aux besoins des rescapés du typhon Haiyan. Elle explique pourquoi l’urgence est un défi, un choix, une vocation. Et que répondre à une urgence ne s'improvise pas...

« L'ampleur de la catastrophe est impressionnante, mais la force des Philippins l'est aussi »

L’urgence intervient après une rupture, souvent brutale, liée à une catastrophe naturelle - tel que c’est le cas aux Philippines - ou bien à une crise politique. Toute la vie quotidienne est soudainement bouleversée. Hommes, femmes et enfants se retrouvent dans une situation d’extrême vulnérabilité. Perdre ses repères, ses habitudes, est extrêmement angoissant. Et souvent, la vie des plus faibles est en jeu. Pourtant, les gens réagissent dans ces moments-là avec une énergie et une force impressionnantes.

J’ai commencé l’humanitaire en Afghanistan. Je suis allée en Irak, au Pakistan, en Haïti après le tremblement de terre, au Kirghizstan… J’ai été témoin de situations difficiles comme celles de survivants du cyclone Giri au Myanmar. Mais l’ampleur de la destruction aux Philippines dépasse tout ce que j’ai pu voir jusqu’à présent. C’est catastrophique. La situation est si critique, le décor tellement noir. Et malgré tout, tous ces gens que l’on rencontre qui vous sourient quand ils vous croisent… L’autre jour, trois jeunes nous ont arrêtés dans la rue pour nous donner une barre chocolatée. Un don tellement précieux, octroyé de si bonne grâce et sous leurs encouragements : « Prenez de l’énergie pour votre marche ! ». C’est vraiment touchant.

Une urgence se prépare en amont et collectivement

Quand j’ai pris le poste de Référent urgence, j’ai trouvé le défi passionnant. Lorsqu’une urgence se déclenche, c’est mon équipe qui se déploie au plus vite sur le terrain, que ce soit dans les pays où nous sommes déjà, ou en ouverture de nouvelles missions, comme aux Philippines.
Hors période d’urgence, un travail de fond est mené. Il s’agit-là de prendre du recul, et de participer à un effort collectif au sein de l’organisation pour améliorer notre réactivité, et finalement, la qualité de nos interventions d’urgence sur le terrain. 

C’est un défi que l’équipe d’urgence ne peut pas relever seule. Mais elle doit en être le moteur, en travaillant avec les différents départements du siège et les missions sur des chantiers de fond : créer un vivier d’urgence avec les RH, positionner du matériel d’urgence et des stocks de contingence avec la logistique... Et puis quand survient une urgence, tout le monde est mobilisé. Notre intervention se fait en collaboration avec les équipes opérationnelles et les services supports. C’est un moment important où la réactivité de tous est primordiale. C’est aussi un moment fédérateur et motivant pour les équipes.

Un défi qui mobilise toute la chaîne de SOLIDARITÉS INTERNATIONAL

J’ai ici une pensée pour les donateurs, sans qui cette équipe d’urgence n’existerait pas aujourd’hui. C’est le soutien financier de nos donateurs - ce qu’on appelle les fonds propres - qui nous permet d’intervenir au plus vite en cas d’urgence, avant d’obtenir des financements de la part des bailleurs institutionnels. C’est grâce à eux qu’on a pu déployer l’équipe d’urgence aux Philippines.

Ce qui me motive dans les urgences, c’est de voir rapidement l’impact de nos actions. Les Philippins font preuve d’une force épatante, mais ils ont besoin qu’on les épaule. C’est à nous de les accompagner vers un retour progressif à une vie normale et à un minimum de sécurité.

 Pour en savoir plus sur notre fonctionnement en cas d’urgence :

> Voir notre film d'animation La Chaîne de SOLIDARITÉS INTERNATIONAL

Partager cet article

FaLang translation system by Faboba

En direct du terrain

Philippines : mission accomplie

Philippines : mission accomplie

Présente dans le pays depuis novembre 2013 après le passage du Typhon Haiyan, Solidarités International  y est restée après le typhon Hagupit en...
Philippines : transfert monétaire à San Jose

Philippines : transfert monétaire à San Jose

Marlife vit dans le Barangay San Jose aux Philippines. La route qui permet d’atteindre ce barangay est en ce moment en cours de réparation, ce qui implique...
Philippines : aperçu de notre réponse d'urgence

Philippines : aperçu de notre réponse d'urgence

Le 8 novembre dernier, le super Typhon Haiyan (appelé localement Yolanda) a frappé les côtes des Philippines traversant le pays d'est en ouest.
Philippines : Réponse aux besoins essentiels sur l'île de Daram

Philippines : Réponse aux besoins essentiels sur l'île de...

Réponse sur l'île de Daram après Hagupit : moyens d'existence et eau, hygiène et assainissement, intégration de la prévention et réduction des risques...
  • Philippines : mission accomplie

    Actualités
  • Philippines : transfert monétaire à San Jose

    Témoignages
  • Philippines : aperçu de notre réponse d'urgence

    En images et vidéo
  • Philippines : Réponse aux besoins essentiels sur l'île de Daram

    Actualités

Nos partenaires

En toute transparence

91,3 %
de nos ressources
affectées aux
populations
démunies
En savoir plus

Abonnez-vous à la NEWSLETTER


bouton-abonnement2


Restez informé :

> La newsletter
> Le journal

Solidarités International
89, RUE DE PARIS
92110 CLICHY LA GARENNE
FRANCE
Tél : + 33 (0)1 76 21 86 00
Fax : + 33 (0)1 76 21 86 99
> CONTACTEZ-NOUS