Règles de confidentialité et cookies

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus

J'ai compris

Cover-picture-Philippines

Philippines : Réponse aux besoins essentiels sur l'île de Daram

Réponse sur l'île de Daram après Hagupit : moyens d'existence et eau, hygiène et assainissement, intégration de la prévention et réduction des risques de catastrophes.

SOLIDARITES INTERNATIONAL implémente un programme sur l’île de Daram (Samar occidental), où les besoins restent importants après les dégâts provoqués par le typhon Hagupit (nom local : Ruby), qui a déferlé sur la zone au début du mois de décembre 2014. Une équipe est déployée pour mettre en place des activités d’EHA (Eau, Hygiène et Assainissement), de moyens de subsistance et de Réduction des risques de catastrophe, afin de répondre aux besoins immédiats et de recouvrement des populations les plus touchées.

Grande vulnérabilité et catastrophes naturelles récurrentes

L’île de Daram se situe dans le Samar Occidental, et est caractérisée par un haut niveau de pauvreté. Plus de 47 000 personnes vivent sur cette île (2013), dont 76% sous le seuil de pauvreté. En raison de la disposition géographique spécifique et pour avoir accès à plus de moyens de subsistance, 98% de la population vit sur les côtes. La majorité des revenus vient en effet des activités de pêche.

Carte-1L’île de Daram, comme le Samar Occidental de manière générale, a été touchée par 5 catastrophes naturelles en 13 mois (Haiyan, Glenda, Hagupit, Seniang, Amang). Un an après Haiyan, Daram n’avait toujours pas fini de se relever de ce typhon ce qui avait exacerbé la vulnérabilité des communautés. Le typhon Hagupit, via ses vents mais particulièrement la pluviométrie intense et la vague de déferlement, ont donc causé un choc important.

Le Samar Occidental n’a reçu que peu de soutien de la part des autorités locales et des organisations internationales après Hagupit car l’essentiel des efforts était concentré sur le Samar Oriental, où le typhon a frappé en premier. Cependant, le Samar Occidental a été affecté à la fois par Haiyan et par Hagupit, comme on peut le voir sur la carte, et par la Tempête Tropicale Glenda en Juillet 2014.

Intervention d'urgence suivant immédiatement le typhon (Décembre 2014)

Dans les jours suivant Hagupit, SOLIDARITES INTERNATIONAL a réalisé un diagnostic des besoins en se concentrant particulièrement sur ses domaines d’expertise : Eau, Hygiène et Assainissement, Sécurité Alimentaire & Moyens de Subsistance, Abri. Ce diagnostic a été effectué sur 7 municipalités sur la côte du Samar Occidental, dont Daram. Les besoins se sont révélés importants dans cette zone, d’autant plus que les réponses apportées par les autorités locales et les organisations internationales après Hagupit comme après Haiyan étaient limitées. Une réponse d’urgence a donc été mise en place pour distribuer des kits d’outils et d’hygiène aux communautés touchées.
Carte-2
Les résultats du diagnostic des besoins ont clairement identifié l’île de Daram comme une des municipalités les plus affectées en termes de destruction partielle ou totale des maisons et de pertes de moyens de subsistance. Une grande partie des bateaux et cultures a été endommagée. Les besoins sont aussi importants en termes d’EHA car les conditions ont été dégradées en raison du typhon et des infrastructures de base déjà limitées.

Réponse intégrée EHA et Moyens de Subsistance dans le cadre de la Réduction des Risques de Catastrophe

Au début du mois de février, suite à une campagne de plaidoyer et le soutien financier de Oxfam, SI a envoyé une équipe à Daram pour implémenter un programme afin de répondre aux besoins de base et de relèvement immédiat à la fois en termes d’EHA et de moyens de subsistance pour les personnes les plus touchées par le typhon Hagupit. Les équipes finalisent les diagnostics dans les barangays (villages) afin d’inclure les personnes les plus touchées dans ce programme et d’intégrer autant que possible des composantes de réduction des risques de catastrophe dans la réponse. Les contraintes logistiques sont importantes, et le bateau est quasiment le seul moyen de transport disponible pour les équipes de SI.

Pendant le diagnostic dans les barangays, de nombreux groupes de discussions ainsi que des rencontres individuelles ont été organisées. Durant ce processus, l’équipe s’est rendue dans le barangay de Cagboboto, où elle a rencontré deux personnes qui ont expliqué comment Hagupit avait affecté leur vie quotidienne :

Eugenia

 

 

 

Eugenia Ramirez Calima a 71 ans et vit avec son mari et son petit-fils.

"Ma maison a été endommagée par Yolanda [nom local du typhon Haiyan], et après de longs mois mon mari et moi l’avons réparée. Mais ensuite Ruby [nom local du typhon Hagupit] est venu et a encore abîmé ma maison.
Nous ne pouvons pas vivre ici, nous ne pouvons pas dormir ici, et à chaque fois que la météo est mauvaise nous ne nous sentons pas en sécurité dans notre propre maison, alors nous vivons dans celle de ma fille."

 

Ricardo témoignage-2



Ricardo Gutierrez Oledan a 35 ans. Il est marié et a 6 enfants. Comme la plupart des habitants de Daram, il est pêcheur.

"Le jour où Ruby est arrivé, j’étais parti pêcher et les vagues étaient hautes, j’ai senti qu’il fallait que je rentre chez moi porter secours à ma famille. J’ai laissé mon bateau à rames sur la plage pour rejoindre ma famille plus vite. Quand je suis rentré après le typhon, il n’y avait plus que la quille.
Après Ruby, je ne pouvais plus attraper de poissons parce que mon bateau était inutilisable. Je dois louer un autre bateau pour partir pêcher et en racheter un nouveau."

 



En savoir plus :

- Notre action aux Philippines 
- Typhon Hagupit (Ruby) : réponse d'urgence sur l'île de Samar
- Infographie : typhon Haiyan, un an après

Partager cet article

FaLang translation system by Faboba

En direct du terrain

Philippines : mission accomplie

Philippines : mission accomplie

Présente dans le pays depuis novembre 2013 après le passage du Typhon Haiyan, Solidarités International  y est restée après le typhon Hagupit en...
Philippines : transfert monétaire à San Jose

Philippines : transfert monétaire à San Jose

Marlife vit dans le Barangay San Jose aux Philippines. La route qui permet d’atteindre ce barangay est en ce moment en cours de réparation, ce qui implique...
Philippines : aperçu de notre réponse d'urgence

Philippines : aperçu de notre réponse d'urgence

Le 8 novembre dernier, le super Typhon Haiyan (appelé localement Yolanda) a frappé les côtes des Philippines traversant le pays d'est en ouest.
Philippines : Réponse aux besoins essentiels sur l'île de Daram

Philippines : Réponse aux besoins essentiels sur l'île de...

Réponse sur l'île de Daram après Hagupit : moyens d'existence et eau, hygiène et assainissement, intégration de la prévention et réduction des risques...
  • Philippines : mission accomplie

    Actualités
  • Philippines : transfert monétaire à San Jose

    Témoignages
  • Philippines : aperçu de notre réponse d'urgence

    En images et vidéo
  • Philippines : Réponse aux besoins essentiels sur l'île de Daram

    Actualités

Nos partenaires

En toute transparence

91,3 %
de nos ressources
affectées aux
populations
démunies
En savoir plus

Abonnez-vous à la NEWSLETTER


bouton-abonnement2


Restez informé :

> La newsletter
> Le journal

Solidarités International
89, RUE DE PARIS
92110 CLICHY LA GARENNE
FRANCE
Tél : + 33 (0)1 76 21 86 00
Fax : + 33 (0)1 76 21 86 99
> CONTACTEZ-NOUS