Règles de confidentialité et cookies

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus

J'ai compris

Photo-bannire-2

Nouveau séisme au Népal : "Les glissements de terrains pourraient avoir des conséquences dramatiques"

Un tremblement de terre de magnitude 7,4 sur l’échelle de Richter a une nouvelle fois secoué le Népal mardi 12 mai. Il a été ressenti jusqu’à New Delhi.


Situé à 20 km du lieu d’intervention de nos équipes ce nouveau séisme a d’ores et déjà provoqué de nouveaux dégâts. "Beaucoup de maisons sont totalement détruites à Chautara où nos équipes sont présentes aux cotés de Médecins du Monde. Un immeuble de 4 étages s'est écroulé et il est probable qu'il y ait des blessés mais nous ne connaisons pas encore l'ampleur des dégats", confirme Caroline de Paulin, coordinatrice de notre équipe d’urgence sur place. "Nous craignons surtout les dégâts dans les régions situées en haute montagne avec des glissements de terrain qui pourraient avoir des conséquences dramatiques. Dans les villes, les gens dorment dehors sur des terrains de football notamment. Mais la journée, ils s'abritent pour certains dans les décombres afin d'être protégés du soleil. Il pourrait donc y avoir des blessés".

Nos équipes sont déjà parties sur le terrain afin de procéder aux premières évaluations. Première question pour elles : voir si la route entre Chautara et Golche n'est pas coupée par unglissement de terrain ce qui rendrait très complexe l'envoi d'aide supplémentaire. "Il y a de fortes chances qu'elle le soit", explique Caroline.

"Des nuages de poussière provenant de maisons qui s’écroulaient"

"La secousse a été violente et a duré un peu plus d’une minute, je ne pense pas que l’on puisse parler d’une réplique mais bel et bien d’un nouveau tremblement de terre. Les habitants de Katmandou sont tous sortis des habitations pour se réfugier dans la rue, loin des murs de pierres déjà éprouvés par le tremblement de terre du 25 avril dernier. Nous avons vu au loin, dans la ville de Kathmandu, des nuages de poussière provenant de maisons qui s’écroulaient. Toute notre équipe va bien. Nous restons vigilants et allons continuer à travailler", a pu constater Matthieu Lacourt, logisticien de notre équipe d'urgence.

"Il faut s'attendre a des camps de 5 000 à 6 000 personnes"

"Le plus grand risque aujourd'hui, ce sont les mouvements de populations. En effet, les habitants des villages de montagnes risquent d'affluer vers les plus grandes villes où ils pourront trouver plus d'aide. Il faut désormais s'attendre à des camps de 5000 à 6000 personnes. Avec une telle configuration, il y aura une vrai problématique autour de l'accès a l'eau ainsi qu'aux maladies liées à l'eau", prévient Thierry Benlahsen, responsable de l'équipe d'urgence.

Nous avons besoin de la mobilisation de tousJEFAISUNDONBLEU

Partager cet article

FaLang translation system by Faboba

Newsletter

encart-newsletter

RECEVEZ L'ACTUALITE DE NOS MISSIONS :

S'abonner

Faire un don

NepalModuleDon2 57€ c’est une journée d’eau potable pour une famille rescapées du séisme.

Je fais un don

En toute transparence

91,3 %
de nos ressources
affectées aux
populations
démunies
En savoir plus

Abonnez-vous à la NEWSLETTER


bouton-abonnement2


Restez informé :

> La newsletter
> Le journal

Solidarités International
89, RUE DE PARIS
92110 CLICHY LA GARENNE
FRANCE
Tél : + 33 (0)1 76 21 86 00
Fax : + 33 (0)1 76 21 86 99
> CONTACTEZ-NOUS