Règles de confidentialité et cookies

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus

J'ai compris

Photo-bannire-2

En direct du Népal : "le besoin le plus urgent, c'est les abris"

L’équipe de Solidarités International s’est rendue dans le district de Sindhupalchok aux côtés de notre ONG partenaire, Médecins du Monde, pour évaluer la situation sur place et prévoir ses premières interventions en fonction. Andrea Angioletti, référent Eau, hygiène et assainissement dans notre équipe d’urgence, fait le point.

 

Selon les Nations Unies (UN Habitat), le district de Sindhupalchok regroupe 66 000 ménages, dont 60 000 se trouvent déplacés de façon permanente en raison du séisme qui a frappé le pays le 25 avril.

"Les familles dorment dehors malgré les averses"

D’après ce que nous avons vu et entendu lors des évaluations que nous avons effectuées durant deux jours dans le district, le besoin le plus urgent semble être l’abri. Les familles ayant perdu leur maison dorment dehors et il faut absolument qu’elles soient protégées des éléments. Même s’il ne fait pas si froid la nuit, les averses sont fréquentes et surtout, la saison de la mousson ne va pas tarder à arriver. C’est pourquoi nous allons distribuer des bâches et des cordes à des dizaines de familles.

"Un risque d'épidémies de maladies liées à l'eau"

Si les habitants semblent avoir un accès à l’eau de source, pour les sinistrés les conditions d'hygiène sont dramatiques. Non seulement ils n'ont plus de toit, mais en plus ils n'ont plus de toilettes. Ils sont obligés de faire leurs besoins à ciel ouvert. Le risque d’épidémies de maladies liées à l’eau, telles que le choléra, va donc accroître et mettre en danger les plus fragiles. Avant que le tremblement de terre n’ait lieu, Sindhupalchok était à 800 ménages d’être un district sans défécation en plein air. Or, dans le camp de déplacés de Chautara, et malgré l’installation de latrines d’urgence par une autre ONG, certaines personnes se sont remises à déféquer en plein air

"Distributions de kits d'hygiène"

Afin de mitiger ces risques, nous pourrions envisager des solutions qui ressemblent à celles mises en place aux Philippines suite au passage du typhon Haiyan en 2013, c’est-à-dire la chloration à domicile, et des petites actions destinées à améliorer les conditions d’hygiène. Nous prévoyons notamment de distribuer des kits d’hygiène (savon, brosse à dents et dentifrice, jerrycan) aux familles déplacées, qui n’ont rien pu prendre avec elles en partant. À terme, on pourra envisager une distribution de kits de latrines familiales, accompagnée d’ateliers de construction. Cette approche permet aux familles de construire leurs propres latrines et ainsi de se les approprier dès le départ.

"Des villages encore isolés, sans aide humanitaire"

En revanche, d’après les informations que nous avons reçues, il y aurait des zones auxquelles l’aide humanitaire n’a pas encore pu accéder du fait de leur isolement. Mais il nous manque des informations précises sur la situation sur place. C’est pourquoi dès lundi matin, nos équipes sont parties à pied dans des villages reculés situés dans le nord-est du district de Sindhupalchok. Cette démarche nous donnera plus de visibilité par rapport aux besoins en eau, hygiène et assainissement ainsi qu’en biens non-alimentaires, et nous permettra ainsi de mettre en place une réponse adaptée.

Nous avons besoin de votre soutien
JEFAISUNDONBLEU

Partager cet article

FaLang translation system by Faboba

Newsletter

encart-newsletter

RECEVEZ L'ACTUALITE DE NOS MISSIONS :

S'abonner

Faire un don

NepalModuleDon2 57€ c’est une journée d’eau potable pour une famille rescapées du séisme.

Je fais un don

En toute transparence

91,3 %
de nos ressources
affectées aux
populations
démunies
En savoir plus

Abonnez-vous à la NEWSLETTER


bouton-abonnement2


Restez informé :

> La newsletter
> Le journal

Solidarités International
89, RUE DE PARIS
92110 CLICHY LA GARENNE
FRANCE
Tél : + 33 (0)1 76 21 86 00
Fax : + 33 (0)1 76 21 86 99
> CONTACTEZ-NOUS