Règles de confidentialité et cookies

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus

J'ai compris

COTE D'IVOIRE : Un pays en voie de cicatrisation

Suite aux élections présidentielles contestées de novembre 2010, la Côte d’Ivoire a plongé dans une crise profonde. SOLIDARITÉS INTERNATIONAL rouvre alors sa mission pour intervenir en urgence auprès des communautés touchées de plein fouet par la guerre civile qui fait rage dans le pays. Abel Sollier, chef de mission, revient sur trois ans d’action et sur la fermeture de notre mission, signe d’un pays apaisé qui semble bel et bien se trouver sur la voie du développement.

Je connais bien la Côte d’Ivoire, pour y travailler depuis 2006. C’est un pays qui me tient à cœur. En janvier 2013, je suis parti pour la première fois avec SOLIDARITÉS INTERNATIONAL, avec la fermeture de la mission en perspective.

À besoins urgents, une réponse rapide

Fin 2010, alors que nos programmes touchaient à leur fin et que nos équipes passaient le relais aux institutions compétentes, SOLIDARITÉS INTERNATIONAL a décidé de maintenir sa présence afin d’intervenir rapidement en cas de dégradation de la situation politique. Malheureusement, nos craintes se sont confirmées : le résultat contesté des élections présidentielles a entraîné un déchaînement de violences intercommunautaires. Plus d’un million de personnes ont été déplacées.

Dès le début de la crise, notre équipe était opérationnelle à Abidjan, avant de concentrer son action dans l’ouest du pays, où se trouvaient de nombreux déplacés. Notre programme d’urgence multisectoriel cherchait à répondre aux besoins variés des communautés déplacées, désemparées : eau, hygiène et assainissement (réhabilitation de pompes à eau), assistance alimentaire, et biens de première nécessité (couvertures, abris, ustensiles de cuisine). Le but ? Améliorer les conditions de vie de celles et ceux qui avaient fui les combats.

cotdiv-beneficiaire-NiamblyAccompagner les communautés dans la phase de retour

Une fois que la situation s’est calmée, il fallait accompagner les communautés vers un retour durable, dans les zones urbaines ainsi que rurales. Dans ce but, les équipes de SOLIDARITÉS INTERNATIONAL ont mené trois projets en parallèle, toujours en mettant l'accent sur l'approche communautaire. Nous avons appuyé la reconstruction des maisons et la relance des moyens d’existence des populations, notamment dans le secteur agricole. Dans le domaine de l’eau, nous avons réhabilité des infrastructures et mis en place des séances de promotion de l’hygiène.

SOLIDARITÉS INTERNATIONAL est très bien perçue en Côte d’Ivoire grâce à la pertinence des activités mises en place, qui s’inscrivent dans une approche adaptée et intégrée. Mais c’est aussi le fruit d’un grand travail de communication. Les communautés, ainsi que les autorités locales, ont été impliquées dans chaque étape du processus.

Trois ans plus tard, il reste peu de traces de la crise : mais des tensions perdurent

Depuis la crise post-électorale, le pays s’est relevé économiquement. Les besoins résiduels peuvent être couverts par les acteurs du développement, la société civile, et même le secteur privé. Trois ans plus tard, il ne reste plus aucune trace de la crise, du moins en termes d’infrastructures.

Mais les violences qu’engendre une guerre civile marquent à vie. Un défi majeur subsiste donc, principalement dans les zones reculées, caractérisées par des tensions intercommunautaires. C’est un travail de cohésion sociale qui doit maintenant être mené.

La Côte d’Ivoire est sortie de la crise. Elle entre aujourd’hui dans une phase de développement. Le pays n’a plus besoin de notre action humanitaire. La mission de SOLIDARITÉS INTERNATIONAL est donc terminée. Notre objectif est atteint.

cotdiv-staff-sol-duekoueUne fermeture de mission : un défi à la fois humain et logistique

Fermer une mission et sortir d’un pays ne se fait pas du jour au lendemain. Dans un premier temps, nous nous devions de tenir nos engagements vis-à-vis de l’équipe nationale. Nous avons réduit les effectifs au fur et à mesure. Nous avons proposé à nos employés nationaux des formations de rédaction de CV et un soutien dans leur recherche d’emploi. La plupart d’entre eux ont retrouvé du travail assez rapidement : dans d’autres ONG, dans des structures de la société civile, ou dans le secteur privé. Je suis très fier de notre équipe nationale et de tout ce qu’elle a accompli. Je suis content que nous ayons pu aider nos employés nationaux à retrouver des conditions de vie dignes et économiquement viables.

Nous avons pu faire don du matériel logistique à nos partenaires locaux. Nous en avons envoyé une partie au siège pour contribuer au stock de contingence, mais aussi sur d’autres missions. Pour l’anecdote, nous avons également organisé, avec le matériel restant, une loterie pour l’équipe, soit quelque 330 lots. Une jolie manière de fermer ce chapitre de l’histoire de SOLIDARITÉS INTERNATIONAL.

Partager cet article

FaLang translation system by Faboba

En direct du terrain

CÔTE D'IVOIRE Chronique d'une crise humanitaire

CÔTE D'IVOIRE Chronique d'une crise humanitaire

URGENCE Entre décembre 2010 et avril 2011, les violences post électorales ont entraîné plus d’un million de personnes sur les routes. Tout au long de...
Madeleine, de Blody - Reconstruire des abris au plus vite

Madeleine, de Blody - Reconstruire des abris au...

"J’ai dû fuir mon village natal, Blody, dans la région de Moyen Cavally, située à l’ouest du pays et me réfugier au sein de la mission catholique de...
  • CÔTE D'IVOIRE Chronique d'une crise humanitaire

    Actualités
  • Madeleine, de Blody - Reconstruire des abris au...

    Témoignages

Newsletter

encart-newsletter

RECEVEZ L'ACTUALITE DE NOS MISSIONS :

S'abonner

Aidons les réfugiés

affichekitdigniteB

En toute transparence

91,3 %
de nos ressources
affectées aux
populations
démunies
En savoir plus

Abonnez-vous à la NEWSLETTER


bouton-abonnement2


Restez informé :

> La newsletter
> Le journal

Solidarités International
89, RUE DE PARIS
92110 CLICHY LA GARENNE
FRANCE
Tél : + 33 (0)1 76 21 86 00
Fax : + 33 (0)1 76 21 86 99
> CONTACTEZ-NOUS