Règles de confidentialité et cookies

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus

J'ai compris

bandeau-cameroun

Contexte humanitaire

Depuis fin 2013, la recrudescence des violences en République Centrafricaine (RCA) a conduit de nombreuses personnes à fuir vers les pays voisins, dont le Cameroun. Attirés par la stabilité relative du pays, ce sont plus de 250 000 réfugiés qui ont fui vers les régions de l’Adamaoua, du Nord et surtout de l’Est du pays.

79% des réfugiés se trouvent aujourd’hui dans l’est du Cameroun. La moitié de ces populations réfugiées s’est installée sur 7 sites (5 dans la région de l’Est, et 2 dans l’Adamaoua) qui ont été aménagés pour les accueillir, alors que l’autre moitié s’est installée dans les villages aux côtés des communautés hôtes. Le site de Gado est le plus grand camp de réfugiés dans la Province de l’Est, et accueille en 2016 plus de 23 000 personnes.

Entre 2004 et 2013, les villages de l’est du Cameroun avaient déjà accueilli des réfugiés centrafricains. Ce nouvel afflux à partir de 2014 a entrainé une augmentation de la population de 10% dans certaines communes en quelques mois, avec de lourdes conséquences en termes d’accès aux besoins de base et de partage des ressources, entrainant ainsi un risque accru de tensions intercommunautaires entre les réfugiés et les communautés d’accueil.

Déjà avant la crise, seulement 60% de la population camerounaise avait accès à une eau potable, faisant état d’une certaine fragilité structurelle. Dans ce contexte, l’arrivée massive de ces populations a déréglé en partie le contexte économique des régions les plus touchées, et a augmenté la pression sur des ressources déjà limitées, principalement en termes d’infrastructures d’approvisionnement en eau potable et d’accès aux terres et pâturages.

2016 Septembre Cameroun Contexte Rfugis RCA Famille

Si la situation côté centrafricain s’est quelque peu stabilisée en 2015 et 2016, notamment de par la présence de forces internationales et la tenue d’élections, le contexte reste toutefois précaire, comme l’ont montré les évènements de septembre 2015 à Bangui. Les enjeux sont encore nombreux afin que le pays retrouve une stabilité qui permettra aux populations réfugiées au Cameroun d’envisager des mouvements de retours.

Les interventions en faveur des populations réfugiées et des populations camerounaises hôtes doivent ainsi se poursuivre. Après une première phase de réponse aux besoins urgents, le contexte de transition actuel nécessite des réponses plus pérennes, afin de tendre vers une autonomisation accrue des populations bénéficiaires.

En chiffres :

Population : 22 millions d'habitants 
Indice de Développement Humain (IDH) : 153ème sur 186 pays 
Espérance de vie : 54 ans
Taux de pauvreté : 37,5%

Chiffres UNHCR 2015, PNUD 2015, UNICEF 2012


Photos : © Paul Duke / SOLIDARITÉS INTERNATIONAL


Soutenez nos équipes sur le terrain

JEFAISUNDONBLEU

 

 

Partager cet article

FaLang translation system by Faboba

Soutenir nos actions


soutenir-cameroun Avec un don de 72€, soit 18€ après déduction fiscale, vous offrez à deux familles un toit décent pour s’abriter.

Je fais un don

Newsletter

encart-newsletter

RECEVEZ L'ACTUALITE DE NOS MISSIONS :

S'abonner

Aidons les réfugiés

affichekitdigniteB

En toute transparence

91,3 %
de nos ressources
affectées aux
populations
démunies
En savoir plus

Abonnez-vous à la NEWSLETTER


bouton-abonnement2


Restez informé :

> La newsletter
> Le journal

Solidarités International
89, RUE DE PARIS
92110 CLICHY LA GARENNE
FRANCE
Tél : + 33 (0)1 76 21 86 00
Fax : + 33 (0)1 76 21 86 99
> CONTACTEZ-NOUS