Règles de confidentialité et cookies

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus

J'ai compris

Afgha banniere

AFGHANISTAN : Passer l'hiver à Kaboul

FAIRE FACE. Dans les camps de déplacés de la capitale afghane, nos équipes n’apportent pas seulement une aide alimentaire. Pour donner aux mères et aux pères de familles les moyens de s’en sortir par eux-mêmes,  elles les forment à un métier.

L’hiver dernier, plus d’une dizaine d’enfants sont morts de froid dans ce qu’on appelle les camps informels de Kaboul.

La faute à un dénuement extrême, à un habitat fragile et à un environnement insalubre.

Les 4 000 familles qui y survivent sous des tentes et des maisons en boue ont fui la pauvreté et l’insécurité de leur province. Certaines sont revenues d’un long exil en Iran ou au Pakistan. Employés au mieux à la journée, les chefs de famille, voire les enfants, ne rapportent qu’un bien trop maigre salaire pour pallier aux besoins, même élémentaires, de leur foyer.
‘’Nos équipes installent toilettes et points d’eau dans les camps. Aux familles les plus fragiles, elles distribuent des bons à échanger contre de la nourriture. On ne peut pas se contenter de cette assistance alimentaire qui ne pallie qu’à l’urgence, explique Mina, coordinatrice du projet. Dès l’hiver dernier, qui a été très brutal, nous avons mis en place ce principe de nourriture contre formation à destination des hommes mais aussi des femmes. Le but est de leur permettre d’acquérir des compétences concrètes pour subvenir eux-mêmes aux besoins de leur famille, en trouvant un emploi qui leur procure une source de revenus stable.’’ 

De quoi nourrir et habiller ma famille

golmakai 286 femmes et 63 hommes parmi les familles les plus vulnérables, mais aussi parmi les plus motivés, ont été sélectionnés cette année. Pour les femmes, les formations en couture se déroulent au sein même des camps pendant 6 mois, cinq jours par semaine, sous la supervision de formateurs. Des séances qui comprennent également une heure de formation d’alphabétisation et de calcul. Les hommes sont quant à eux placés en apprentissage dans des ateliers de mécanique ou de menuiserie situés à proximité.
‘’Mon mari ramasse des déchets avec le seul bien que nous possédions jusqu’ici, une brouette, explique Gomakai, assise derrière sa machine à coudre. Mais il est handicapé. Il se fatigue vite… et les jours où il travaille, il gagne au mieux 200 Afghanis (3€). Ce n’est pas assez pour nourrir et habiller ma famille. Le pain représente déjà la moitié de ce budget. Pendant la formation, j’ai reçu chaque fin de mois du matériel (fil, tissu, boutons), ainsi qu’un kit alimentaire contenant du riz, de la farine, de l’huile, du sel…. Aujourd’hui, je confectionne et répare des vêtements. Moi qui ne savais ni lire ni écrire, je prends les mesures moi-même et les note sur mon carnet. Je vais pouvoir ramener 300 Afghanis (4,5 €) supplémentaires chaque jour. A l’approche de l’hiver, cet argent va compter.’’ RE

AIDER
Avec 405 €, vous permettez à une personne de se former à un métier et à sa famille de se nourrir pendant l’hiver et jusqu’au terme des 6 mois de formation.
Soit 101,25 € après déduction fiscale

Partager cet article

FaLang translation system by Faboba

Plus d'actualités

En direct du terrain

Afghanistan : le retour des ‘’non-documentés’’

Afghanistan : le retour des...

1.6 million d’Afghans avaient trouvé refuge au Pakistan depuis les années 1980. Ils sont 614 000 en 2016 à avoir repris le chemin de leur pays...
Afghanistan : le témoignage de Narges, réfugiée pakistanaise

Afghanistan : le témoignage de Narges,...

Depuis 2009 les forces armées pakistanaises et les Talibans se livrent des combats dans la région du Waziristan, contraignant plus de 290 000 personnes à...
Afghanistan : pour la protection des ressources naturelles

Afghanistan : pour la protection des ressources...

Pour les populations de la province de Bamyan, l'agriculture et l'élevage sont les principales sources de nourriture et de revenus, mais dépendent fortement...
Afghanistan : les populations au cœur de nos préoccupations

Afghanistan : les populations au cœur de nos...

L'Afghanistan est une mosaïque de populations et de problématiques auxquelles l'aide humanitaire doit s'adapter : des déplacements de populations...
  • Afghanistan : le retour des ‘’non-documentés’’

    Actualités
  • Afghanistan : le témoignage de Narges, réfugiée...

    Actualités
  • Afghanistan : pour la protection des ressources...

    Actualités
  • Afghanistan : les populations au cœur de nos...

    Témoignages

Newsletter

encart-newsletter

RECEVEZ L'ACTUALITE DE NOS MISSIONS :

S'abonner

Regards d'humanitaires

ModuleFR

Soutenir nos actions

2009-Février-19.SI.Afghanistan 5

Avec 100€, soit 25€ après déduction fiscale, vous permettez à deux familles de s’approvisionner en eau potable

Je fais un don

Aidons les réfugiés

affichekitdigniteB

En toute transparence

91,3 %
de nos ressources
affectées aux
populations
démunies
En savoir plus

Abonnez-vous à la NEWSLETTER


bouton-abonnement2


Restez informé :

> La newsletter
> Le journal

Solidarités International
89, RUE DE PARIS
92110 CLICHY LA GARENNE
FRANCE
Tél : + 33 (0)1 76 21 86 00
Fax : + 33 (0)1 76 21 86 99
> CONTACTEZ-NOUS