Règles de confidentialité et cookies

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus

J'ai compris

banniere-espace-presse

Haïti : Le choléra tue encore, agissons !

« A l’approche de la saison des pluies, l’épidémie va se répandre fortement et les ONG et institutions nationales n’auront pas les moyens d’y répondre. La vie de milliers d’Haïtiens est en danger. » Hélène Quéau – Responsable géographique de la mission Haïti

Le 27 juillet 2012, le CCO, collectif de 34 ONG présentes en Haïti, a adressé un communiqué destiné à faire prendre conscience aux acteurs internationaux et nationaux de la nécessité d’augmenter et de prolonger les financements face à la recrudescence du choléra. Lire le communiqué du CCO

Depuis octobre 2010, l’épidémie de choléra a tué plus de 7 442 personnes et touché plus de 580 947 personnes. Selon l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé), 200 000 personnes seront touchées au cours de l’année 2012 ; à ce jour, 42 000 nouveaux cas ont déjà été recensés et plus de 400 personnes sont décédées.

Une situation très inquiétante, à l’heure où les financements se font plus faibles
Diminution des acteurs travaillant sur la prise en charge du choléra, fermeture des centres (CTC) et des unités de traitement du choléra (UTC), retard dans le paiement des salaires des employés de santé, faiblesse du système de contrôle et de surveillance épidémiologique, retard dans la gestion de la collecte des cadavres…Toutes ces conclusions sont alarmantes.

Pourtant, en pleine saison des pluies, les risques de propagation de la maladie sont encore plus élevés : les moyens manquent pour répondre aux besoins et la prise de conscience face à l’urgence également. Deux ans et demi après le séisme, 390 000 personnes vivent toujours dans des sites de déplacés où les conditions sanitaires y sont de plus en plus précaires : pas ou peu de latrines fonctionnelles, défécation dans des sacs jetés dans les ravines ou dans les canaux de drainage, eau rarement traitée...
Malgré ces contraintes, les ONG engagées depuis plusieurs années auprès des Haïtiens doivent continuer d’agir pour lutter contre la maladie, et ce, même si les fonds alloués à la cause diminuent fortement.

SOLIDARITÉS INTERNATIONAL a choisi d’agir, sur fonds propres, pour éviter le pire
Parce que la situation est critique, SolidaritÉs International lance dès le mois d’août un programme sur ses fonds propres pour réduire les risques de propagation de l’épidémie dans 39 sites de déplacés à Port au Prince.

Programme en chiffres :
12 422 bénéficiaires
39 sites de déplacés
3 communes : Port au Prince, Delmas et Pétionville
Durée : 3 mois
55 000€ de fonds propres

Ce programme est axé principalement sur 3 volets :

  • Promotion de l’hygiène dans les camps : Sensibilisation à l’hygiène de base, à l’importance de la chloration et aux risques épidémiologiques par la formation des animateurs des Comités de Points d’Eau et des volontaires sensibilisateurs. Vidange des latrines. Distribution de kits choléra (savon, aquatab : pastille de traitement de l’eau, et seau) en cas de flambées de choléra.
  • Appui durable aux acteurs haïtiens : Plaidoyer auprès de la DINEPA (Direction Nationale de l'Eau Potable et de l'Assainissement en charge notamment du suivi de la qualité des points d’eau) afin d’effectuer des suivis réguliers du taux de chlore et des vidanges de latrines. Réactivation, formation et équipement des Comités de Points d’Eau à la chloration et à l’analyse du chlore résiduel dans l’eau. Renforcement du lien entre les Comités de Points d’Eau et la DINEPA.
  • Prise de conscience et recherche de financements : Etablissement d’un diagnostic précis sur la situation sanitaire dans les sites (qualité de l’eau dans les points de distribution, état des latrines et des Comités de Points d’Eau). Diffusion de ce diagnostic et plaidoyer auprès des bailleurs de fonds sur la situation dans les sites deux ans et demi après le séisme pour « libérer » des financements.

Cette action de prévention ponctuelle contre la maladie ne suffira pas à répondre à l’ensemble des besoins. Il faut intervenir plus largement et sur le long terme pour participer activement à l’éradication de la maladie. Nous avons un besoin urgent de financements pour pouvoir entreprendre des actions durables. Pour continuer nos actions contre l’épidémie de choléra, la mobilisation doit être collective: bailleurs institutionnels, collectivités territoriales, entreprises, donateurs.

CONTACT PRESSE Renaud Douci - 01 80 21 05 94
Pour toute interview & information complémentaire, nous vous mettrons en relation avec Hélène Quéau, responsable des projets Haïti au siège et Marie-Alice Torré, chef de mission à Port au Prince.

Partager cet article

FaLang translation system by Faboba

Contact presse

Pour recevoir nos communiqués, effectuer un interview ou un reportage, merci de contacter :

Tugdual de Dieuleveult
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
+33 1 76 21 87 11

Newsletter

encart-newsletter

RECEVEZ L'ACTUALITE DE NOS MISSIONS :

S'abonner

Notre journal

journal-84

Actualités, reportages, éclairages... notre revue trimestrielle permet de comprendre et suivre nos actions sur le terrain.

> Lire le dernier numéro

En toute transparence

91,3 %
de nos ressources
affectées aux
populations
démunies
En savoir plus

Abonnez-vous à la NEWSLETTER


bouton-abonnement2


Restez informé :

> La newsletter
> Le journal

Solidarités International
89, RUE DE PARIS
92110 CLICHY LA GARENNE
FRANCE
Tél : + 33 (0)1 76 21 86 00
Fax : + 33 (0)1 76 21 86 99
> CONTACTEZ-NOUS